8 questions sur le Moto Razr


Nos confrères de Cnet.com ont entre les mains le nouveau Razr de Motorola.
Voici leurs premières impressions.


En voulant créer un smartphone pliant qui double la taille de l’écran tout
en gardant un design suffisamment compact pour le glisser dans la poche,
Motorola a réussi une mise à jour fidèle de son modèle le plus emblématique
et le plus vendu. Ce nouveau Razr est plus large, plus lourd et
techniquement paré de toutes les fonctions actuelles. Et il a réussi à
raviver notre nostalgie des téléphones à clapet.


Alors, cet écran pliable ?


Réponse courte : il est en plastique et nous n’avons pas encore eu
l’occasion de tester sa durabilité, mais il ressemble à ce que nous
attendions. Il y a une rainure très fine qui fait le tour du périmètre
entre l’écran et le cadre, ce qui nous préoccupe compte tenu des anciens
problèmes du

Galaxy Fold

. Au minimum, cet espace sera un ramasse-poussière.


La charnière du Motorola Razr a une cavité ouverte qui abrite la partie en
boucle de l’écran (

Motorola Razr pliable : les secrets de sa charnière

). En d’autres termes, les écrans en plastique ne se plient pas totalement
à plat, sinon cela les manquerait définitivement. Il y a toujours un espace
à l’intérieur du téléphone, mais on ne le voit pas, donc le design semble
presque plat. Techniquement, il y a un espace de 0,2 mm entre l’écran et la
charnière.


L’écran de 6,2 pouces est haut, mais aussi étroit, avec un rapport de 21:9.
La résolution est de 2 142 x 876 pixels. La plupart des applications et des
commandes se passent dans la partie inférieure pour rendre plus aisé le
contrôle à une main avec le pouce.

 


Il est vraiment petit ?


Le glisser dans la poche avant d’un pantalon sera peut-être un peu serré,
mais nous n’avons eu aucun mal à le ranger dans la poche arrière d’un jean
moulant. Aucun problème dans la poche d’une veste ou dans un sac à main.


Y-a-t-il un écran externe ?


Il y a bien un écran externe de 2,7 pouces destiné à afficher les
informations essentielles telles que l’heure, les alertes, les
notifications et des informations de base comme le signal et l’autonomie de
la batterie. Vous ne pourrez pas y taper de texte, mais vous pourrez
répondre par le biais de messages préenregistrés ou à la voix. Vous pouvez
aussi l’utiliser pour voir de quoi vous avez l’air pour un selfie.

 


Comment est la charnière ?


On perçoit la tension de la charnière lors de l’ouverture et de la
fermeture du Razr. Le mouvement est doux et mesuré. On peut même voir ses
engrenages fonctionner. C’est très cool, mais on espère que rien ne va
venir se coincer là-dedans… On avait le pouce qui fatiguait après une
journée passée à l’ouvrir d’une seule main, mais l’utilisation à deux
mains nous a semblé tout aussi naturelle.


Y-a-t-il un pli sur l’écran du Razr ?


Oui, mais il est étroit et moins prononcé que celui du Galaxy Fold. On peut
le sentir si on passe le doigt dessus, mais c’est moins perceptible que sur
le Fold.


Pourquoi cette grosse bordure inférieure ?


Le « menton » en plastique épais au bas du téléphone rappelle le design
original de Razr. Mais surtout, il abrite le lecteur optique d’empreintes
digitales (compatible Google Pay), toutes les antennes, le moteur haptique
et les modules GPS et Wi-Fi. Il facilite aussi la préhension lorsque l’on
regarde une vidéo.

 


Faut-il ouvrir le téléphone pour les appels ?


Pour passer un appel, oui. Mais si vous êtes déjà en communication, vous
pouvez le fermer pour continuer à parler, à condition d’être sur
haut-parleur, connecté par Bluetooth ou en appel vidéo. Sinon, le téléphone
ferme la plupart des applications, à l’exception des lecteurs de musique
que l’on peut contrôler à partir du petit écran externe.


Et la vidéo, c’est comment ?


On a regardé quelques vidéos sur YouTube. Il est évidemment préférable de
se mettre en mode paysage, à l’horizontale. Selon le format de la vidéo
source, il se peut que l’image soit un peu tronquée si vous pincez et
zoomez pour remplir l’écran. Sinon, vous risquez de voir des barres noires
bordant les côtés.


Et l’appareil photo ?


Il y a un appareil photo de 16 mégapixels sous l’écran externe qui sert
pour les photos et les selfies. L’appareil photo de 5 mégapixels que vous
voyez lorsque vous dépliez le Razr sera surtout utilisé pour les appels
vidéo. Pas de téléobjectif ni de grand-angle, mais il existe un mode
portrait assisté par logiciel ainsi qu’un mode vision nocturne (et un
capteur de temps de vol) pour les prises de vue en très basse lumière.

A lire aussi : Motorola razr : sa charnière a lâché au bout de 27.000 plis lors d’un test
d’endurance


Source : Cnet.com / Image : James Martin/CNET





Lien de la source